Les registres littéraires : les tons ou tonalités

Les registres littéraires : les tons ou tonalités

Qu’est-ce qu’un registre ?

 

registres litéraires

registres litéraires

On appelle registre littéraire (ou « tonalité », « ton ») l’ensemble des caractéristiques d’un texte qui provoquent des effets particuliers (émotionnels ou intellectuels) sur le lecteur ou le spectateur.

Dans un même texte, on peut trouver plusieurs registres et aucun registre littéraire n’est lié exclusivement à un genre littéraire.

Il ne faut pas confondre :

Registre épique:

Le registre épique est caractéristique de l’épopée, mais on le trouve également dans les romans, dans les textes de théâtre et dans les récits historiques (par exemple, le récit d’une bataille).
Ce registre cherche à provoquer l’admiration et l’enthousiasme du lecteur, en louant les exploits d’un ou plusieurs héros.

  • Enchaînement d’actions
  • Emploi du pluriel et de termes collectifs
  • Procédés de l’amplification et de l’emphase : énumérations, accumulations, gradations, hyperboles, superlatifs, adverbes d’intensité
  • Phrases longues, verbes de mouvement
  • Métaphores et comparaisons, symboles, personnifications, anaphores
  • Référence aux éléments naturels
  • Champ lexical du combat
  • Peut faire appel au merveilleux
Registre tragique:

Le registre tragique est caractéristique de la tragédie classique et du théâtre du XXe siècle. On peut également trouver du tragique dans certains romans (par exemple chez Malraux, Camus, etc.)

Un texte tragique émeut le lecteur car il présente des situations sans issue : les personnages, tourmentés par de fortes passions ou par un dilemme, ne peuvent éviter un dénouement malheureux (la mort ou la folie).
C’est un registre qui inspire l’effroi (devant la puissance du destin) et la pitié.

  • Registre de langue soutenu
  • Interrogations et exclamations, ponctuation affective
  • Métaphores et comparaisons, figures d’opposition (antithèses, chiasmes) et d’amplification
  • Champ lexical du destin, de l’impuissance, de la souffrance, de la faute, de la mort
Registre comique:

Très fréquent au théâtre, le registre comique se retrouve dans tous les genres littéraires.
Le registre comique peut avoir plusieurs fonctions :
– il vise à faire rire et à divertir,
– il peut dédramatiser une situation angoissante,
– il peut également avoir une fonction critique efficace, en mettant en évidence les défauts des hommes, de la société, d’un comportement pour les corriger (→ castigat ridendo mores).

Registre satirique :

un texte satirique critique, en s’en moquant, les défauts d’un individu (ou d’un groupe d’individus), d’un comportement, etc.

Registre parodique :

la parodie est une imitation satirique (d’un texte sérieux, du style d’un auteur) dont le but est de faire rire.

Registre burlesque :

le burlesque repose sur un contraste entre le style et le sujet traité (traiter un sujet sérieux en style vulgaire, et vice versa).

  • Jeux de mots (polysémie)
  • Jeux sur les niveaux de langue
  • Jeux sur les sons
  • Répétitions, accumulations
  • Humour
  • Ironie
  • Caricature
  • Quiproquos
  • Hyperboles, exagérations
Registre ironique:

L’ironie fait entendre le contraire de ce que l’on dit, dans le but de faire rire de quelque chose ou de quelqu’un (→ moquerie) ou encore dans un but critique ou polémique.

  • Figures d’opposition (notamment l’antiphrase)
  • Exagérations ou atténuations inattendues
Registre lyrique:

Le registre lyrique est l’expression des états d’âme et des émotions : plainte, regret, nostalgie, joie, etc.
Ce registre est très fréquent en poésie (→ poésie romantique), mais on le retrouve aussi au théâtre ou dans le roman.
Le registre lyrique cherche à émouvoir le lecteur.

Registre élégiaque :

un texte élégiaque est un texte lyrique qui exprime la mélancolie et dont le thème est souvent le malheur en amour ou la mort.

  • Champ lexical des émotions et des sentiments
  • Ponctuation forte
  • Pronoms personnels de la première personne (→ fonction expressive du langage)
  • Métaphores et comparaisons, hyperboles, antithèses, apostrophes, etc.
  • Travail sur le rythme
Registre pathétique:

Ce registre est fréquent dans le roman et la poésie, mais aussi au théâtre.
Le registre pathétique inspire au lecteur des émotions tristes et fortes devant une situation inhumaine (→ compassion).

  • Lyrisme
  • Champ lexical de l’affectivité, de la souffrance, du désespoir voire de la mort
  • Phrases exclamatives et interrogatives, interjections
  • Figures d’amplification (hyperboles), métaphores, comparaisons
  • Ellipses narratives
Registre dramatique:

L’adjectif « dramatique » se rapporte à l’action d’une pièce de théâtre.
Au théâtre comme dans le récit, on parle de registre dramatique pour un texte où se succèdent les péripéties.
Ce registre maintient le spectateur ou le lecteur dans un état d’attente (→ suspense).

  • Narration rapide, événements inattendus (rebondissements, coups de théâtre)
  • Verbes d’action
  • Phrases exclamatives et interrogatives
  • Champ lexical de l’émotion forte
Registre didactique:

On parle de registre didactique lorsque la fonction d’un texte est d’enseigner, de transmettre un savoir ou une morale.

  • Texte structuré
  • Emploi de liens logiques
  • Lexique précis
  • Recours à des exemples, des citations
Registre fantastique:

Dans une œuvre fantastique, il y a irruption du surnaturel ou de l’irrationnel dans la réalité quotidienne : des événements mystérieux se produisent dans la vie réelle.
Le registre fantastique provoque la peur, inquiète, fait hésiter le lecteur (et le narrateur) entre une explication surnaturelle et une explication rationnelle et logique des phénomènes.

  • Événements étranges inexplicables par la raison
  • Écriture à la première personne
  • Verbes de perception
  • Emploi du conditionnel
  • Modalisateurs
  • Phrases brèves, interrogatives et exclamatives
  • Ellipses
  • Comparaisons, métaphores, personnifications
  • Champ lexical du mystère, de l’étrange, de la frayeur voire de l’épouvante.
Registre merveilleux:

On parle de merveilleux lorsque le surnaturel se mêle à la réalité. À la différence du registre fantastique, la présence du surnaturel est acceptée comme telle par le lecteur (par exemple dans les contes de fées).
Le merveilleux, parce qu’il introduit le lecteur dans un univers non conforme au réel, étonne et dépayse.

  • Événements invraisemblables
  • Schéma narratif simple
  • Temporalité imprécise (« il était une fois… »)
  • Personnages stéréotypés (dieux, anges, démons, princes, rois, chevaliers, fées, etc.)
  • Dialogues
source de l’article: http://www.etudes-litteraires.com

Comments are closed.